Isaïe 587-10 – I Corinthiens 21-5 –  Matthieu 513-16

 
Les textes de la liturgie de ce jour bénéficient habituellement d’une lecture et de bons commentaires moralisants qui en dénaturent le sens. Bien sûr les réduire à de bons conseils comme s’ils étaient des recettes de bien vivre n’est pas en soi malfaisant mais il est dommage de se tromper sur leur sens ; c’est peut-être pour cela que l’on croit souvent que les évangiles sont des traités de morale alors qu’ils sont la proclamation que Dieu nous donne son Royaume.
 
Le passage d’Isaïe est bien placé pour nous préparer à comprendre Matthieu. Nous sommes à l’époque du retour de l’exil et les choses lentement se remettent en place ; le culte se réorganise et le prophète proclame un message assez délicat : vous voulez plaire à Dieu, c’est bien, mais le culte qui plaît à Dieu n’est pas ce que vous croyez (lisez donc les 4 versets qui précèdent notre texte pour mieux comprendre). Voici ce que Dieu aime : les gestes de partage (verset 7). Alors il n’y a pas à attendre de récompense, c’est beaucoup mieux : en agissant à la manière de Dieu c’est Dieu lui-même, sa propre lumière, qui jaillira au travers de nos vies même bien pauvres, bien modestes. Alors ‘‘ton obscurité sera comme la lumière de midi’’.
 
Nous sommes prêts à recevoir le message du ‘‘discours sur la montagne’’. Disciples de Jésus il n’y a pas à attendre et à espérer : déjà nous sommes sel et lumière. Et nous transposons mentalement ce constat en un impératif ‘‘soyez sel et lumière’’, quelque chose comme réveillez-vous, brillez devant les hommes, témoignez de la bonne Nouvelle. Il ne s’agit pas de négliger l’impératif final de Jésus, il s’agit vraiment d’entendre ce qu’Il nous dit, sa Parole possède un ordre qui donne sens. C’est seulement parce que nous sommes déjà sel et lumière qu’ensuite notre sel et notre lumière pourront servir nos frères et nos sœurs et leur montrer la gloire du Père. Et quand Jésus dit-il cela ? Juste après les huit béatitudes proclamées dimanche dernier. On pourrait croire que cela veut dire ‘‘si vous appliquez les béatitudes comme des règles morales vous serez lumière’’. Mais ce n’est pas du tout cela : les béatitudes sont le chant de louange de Jésus quand Il nous regarde, nous ses disciples. Jésus a balayé d’un seul geste la pauvre échelle de nos valeurs : ce n’est plus l’argent, le pouvoir, le savoir, les efforts, le regard d’admiration des contemporains (ou de désapprobation) mais l’unique et éternel regard du Père ‘‘qui voit dans le secret’’ Mt 64. Cela rejoint le sommet de l’enseignement de Jean : ‘‘dès maintenant nous sommes enfants de Dieu (1 Jn 32). Et nous sommes évidemment envoyés, missionnaires, par nature devrait-on dire, ce n’est pas matière à option. Quoi de plus ridicule qu’une lumière qui rêverait de rester enfermée dans son ampoule ?

6 février 2011

 

 

 

 

 

 


 

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Logo CCFM CEF1

photo_eglise

Messe en français tous les dimanches à 10h00 et 11h15

Messes en semaine

En principe, les messes ont lieu aux horaires suivants:

    • Mardi, mercredi, jeudi: 12h00
    • Vendredi12h30
    • Samedi: 18h30

Adoration du Saint-Sacrement tous les jeudi de 20h00 à 21h30.

Les changements sont signalés en rubrique "Dernière minute" de la page d'accueil.


L'église se trouve au croisement de Rua das Portas de Santo Antão et Beco São Luís da Pena, près de la salle de spectacle "le Coliseu", Metro, Bus et Parking auto : Restauradores. L'accès au rectorat se fait sur le côté de l'église.   Voir le plan

Padre Benoit

Recteur: Padre Benoît Jullien de Pommerol

  +351 912 000 658

 


Église Saint-louis des Français, Beco São Luis da Pena, 34, 1150-336 Lisboa ou par email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  +351 213 425 821