Bienvenue sur le site de la communauté catholique francophone de Lisbonne

 

 

 

 

 

 

 

SAINT-LOUIS des FRANÇAIS - LISBONNE

Nous sommes le 20 septembre 2018 - Le jeudi de la 24e semaine du temps ordinaire - Nous fêtons la Sts André Kim, Paul Chong et 101 comp., martyrs († 1867)

Dernière minute

Ce soir, Lundi 17 Septembre 2018, 20h30

  • Conseil Pastoral

Dimanche 23 Septembre 2018, 11h00

  • Messe avec le P. Durval
  • Inscriptions catéchisme et aumônerie après la messe

Évangile du jour

  • Acclamation : (Mt 11, 28)

    Alléluia. Alléluia.
    Venez à moi, vous tous qui peinez
    sous le poids du fardeau, dit le Seigneur,
    et moi, je vous procurerai le repos.
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

    En ce temps-là,
      un pharisien avait invité Jésus à manger avec lui.
    Jésus entra chez lui
    et prit place à table.
      Survint une femme de la ville, une pécheresse.
    Ayant appris que Jésus était attablé dans la maison du pharisien,
    elle avait apporté un flacon d’albâtre contenant un parfum.
      Tout en pleurs, elle se tenait derrière lui, près de ses pieds,
    et elle se mit à mouiller de ses larmes les pieds de Jésus.
    Elle les essuyait avec ses cheveux,
    les couvrait de baisers
    et répandait sur eux le parfum.

      En voyant cela,
    le pharisien qui avait invité Jésus se dit en lui-même :
    « Si cet homme était prophète,
    il saurait qui est cette femme qui le touche,
    et ce qu’elle est : une pécheresse. »
      Jésus, prenant la parole, lui dit :
    « Simon, j’ai quelque chose à te dire.
    – Parle, Maître. »
      Jésus reprit :
    « Un créancier avait deux débiteurs ;
    le premier lui devait cinq cents pièces d’argent,
    l’autre cinquante.
      Comme ni l’un ni l’autre ne pouvait les lui rembourser,
    il en fit grâce à tous deux.
    Lequel des deux l’aimera davantage ? »
      Simon répondit :
    « Je suppose que c’est celui à qui on a fait grâce
    de la plus grande dette.
    – Tu as raison », lui dit Jésus.
      Il se tourna vers la femme et dit à Simon :
    « Tu vois cette femme ?
    Je suis entré dans ta maison,
    et tu ne m’as pas versé de l’eau sur les pieds ;
    elle, elle les a mouillés de ses larmes
    et essuyés avec ses cheveux.
      Tu ne m’as pas embrassé ;
    elle, depuis qu’elle est entrée,
    n’a pas cessé d’embrasser mes pieds.
      Tu n’as pas fait d’onction sur ma tête ;
    elle, elle a répandu du parfum sur mes pieds.
      Voilà pourquoi je te le dis :
    ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés,
    puisqu’elle a montré beaucoup d’amour.
    Mais celui à qui on pardonne peu
    montre peu d’amour. »
      Il dit alors à la femme :
    « Tes péchés sont pardonnés. »
      Les convives se mirent à dire en eux-mêmes :
    « Qui est cet homme,
    qui va jusqu’à pardonner les péchés ? »
      Jésus dit alors à la femme :
    « Ta foi t’a sauvée.
    Va en paix ! »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

Le Diable s’est modernisé. Ce Hellmaster (1) utilise l’ ‘‘Enfernet’’. Voici le message électronique qu’il a envoyé à son neveu, apprenti-démon.

«Mon neveu, tu entreprends un stage d'été sur la tentation, je t'en félicite, c'est ca-pi-tal. Tu vas tester mes sept plus belles inventions. Tes cobayes seront les lecteurs d'un magazine catholique qui me cause bien du souci depuis quelques années. Certains sont des durs-à-nuire qui usent et abusent des sacrements, même en vacances. Bon courage !

Permets-moi de te prodiguer quelques conseils tirés d'une longue expérience et de quelques écoutes dans les confessionnaux, ces horribles boîtes à contrition. Tu bénéficies d'un de mes grands succès de ces trente dernières années : il existe quantité de livres - et certains sont très bons - sur la confession, mais quasiment aucun sur le péché, hé, hé...

L'essentiel, mon neveu, est de toujours t'appuyer sur le besoin de confort et de sécurité qui se cache en chacun. L'homme répugne aux changements de fond (surtout en vacances !). La chose à craindre, ce sont ces disciples de l'Autre qui se remettent tout le temps en question. Mon délice ? Ces "honnêtes gens" qui pensent que tout va bien dans leur vie, dans leur couple, avec leurs enfants, et donc qu'ils n'ont qu'à vivre sur leurs acquis. Souffle-leur qu'ils continuent à se satisfaire de leur médiocrité...

 Autre règle d'or : fignole les commencements. Une fois pris, un pli se change difficilement. "Tu es un vrai rayon de soleil", va répéter la mère à sa petite fille, mais arrange-toi pour qu'elle n'ajoute jamais : "Tu sais, dans la vie, il arrive qu'on soit triste ou en colère. Nous t'aimerons autant s'il t'arrive de pleurer ou de te fâcher". La fillette croira qu'elle ne peut être aimée que souriante, et se fera un point d'orgueil de ne jamais avouer ses faiblesses.

Joue aussi avec les blessures intérieures. Les déséquilibres sont un terrain rêvé. Les gens en viennent à s'accuser de ce dont ils ne sont pas coupables, et à s'excuser de ce qui les fait pécheurs. Travaille aussi sur le long terme. N'oublie pas l'adage : "Il faut laisser du temps au Satan". Remets ton ouvrage sur le métier, 666 fois 6 fois. Des années peuvent être nécessaires pour conduire une personne mariée ou consacrée à l'infidélité. Rappelle-toi que rien n'est jamais gagné, et que l'Autre a une arme fatale contre nous : SOS Miséricorde.

Ne néglige pas les prêtres. Ils se font rares, grâce à moi, mais on en trouve encore d'ardents. Inspire-leur des homélies très générales : ou elles endorment, ou elles culpabilisent...

Mais si l'un d'eux propose des moyens concrets pour lutter contre les tentations, alors, réagis. Arrange-toi pour qu'il sente qu'il perd le crédit de son auditoire ; pour qu'il reçoive moins de félicitations... et qu'il retourne à ses prêches abstraits de naguère. Et si par malheur il persistait, pousse ton client à changer de paroisse.

Ne sous-estime jamais l'Autre, même si nous paraissons l'emporter. Il est vraiment fortiche. Il profite même du péché pour sauver les pécheurs. Oui, méfie-toi : le péché peut nous démasquer ! Il peut être une révélation.

Débrouille-toi donc pour que le pécheur s'assimile à son péché. Il en oubliera qu'un homme ne se réduit jamais à son acte, aussi abominable soit-il, et se croira condamné au mal, hip hip hourra ! Enfin, de temps en temps, sache prendre du recul. Laisse faire. L'homme s'imagine que, moins tenté, moins agité, il devient plus saint. Il se relâche.

Observe alors les défauts de la cuirasse, les points sur lesquels il fait moins d'efforts : les demi-mensonges, les paresses, etc. Tu attaqueras ensuite avec plus de précision. Je t'en parlerai dans mes prochains courriels. Je t'encrasse très fort.»

E-Mailzebull

(1) Hellmaster (Maître de l'enfer, en anglais) est un jeu de mot avec Webmaster (animateur d'un site Internet). Cet article et ceux qui suivront sont inspirés de l'excellent Tactique du Diable de C. S. Lewis (Ed. ebv, 104 p., 16,20€.).

 

 


 

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Logo CCFM CEF1

photo_eglise

Messe en français tous les dimanches à 11h00 (Vérifiez sur le calendrier à gauche et à "dernière minute")

 


L'église se trouve au croisement de Rua das Portas de Santo Antão et Beco São Luís da Pena, près de la salle de spectacle "le Coliseu", Metro, Bus et Parking auto : Restauradores. L'accès au rectorat se fait sur le côté de l'église.   Voir le plan

Église Saint-louis des Français, Beco São Luis da Pena, 34, 1150-336 Lisboa ou par email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  +351 213 425 821