Bienvenue sur le site de la communauté catholique francophone de Lisbonne

 

 

 

 

 

 

 

SAINT-LOUIS des FRANÇAIS - LISBONNE

Nous sommes le 19 mars 2019 - Solennité de saint Joseph, époux de la Vierge Marie, patron de l'Église universelle - Nous fêtons la Saint Joseph, époux de la Vierge Marie, patron de l'Église universelle

Dernière minute

DIMANCHE 17 MARS 2019

  • 11H00 – MESSE DU 2ème DIMANCHE DE CARÊME, ANNÉE C.

MARDI 19 MARS 2019

  • 20H30 – 2ème MARDI DE CARÊME, PRIÈRES DES MARDIS DE CARÊME.

DIMANCHE 24 MARS 2019

  • 11H00 – MESSE DU 3ème DIMANCHE DE CARÊME, ANNÉE C.

MARDI 26 MARS 2019

  • 20H30 – 3ème MARDI DE CARÊME, PRIÈRES DES MARDIS DE CARÊME.

MARDI 9 AVRIL 2019

  • 20H00 - VEILLÉE DE LOUANGE ET D'ADORATION.

Évangile du jour

  • Acclamation : (Ps 83 (84), 5)

    Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus.
    Heureux les habitants de ta maison, Seigneur :
    ils pourront te chanter encore !
    Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

        Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie,
    de laquelle fut engendré Jésus,
    que l’on appelle Christ.

        Or, voici comment fut engendré Jésus Christ :
    Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ;
    avant qu’ils aient habité ensemble,
    elle fut enceinte
    par l’action de l’Esprit Saint.
        Joseph, son époux, qui était un homme juste,
    et ne voulait pas la dénoncer publiquement,
    décida de la renvoyer en secret.
        Comme il avait formé ce projet,
    voici que l’ange du Seigneur
    lui apparut en songe et lui dit :
    « Joseph, fils de David,
    ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse,
    puisque l’enfant qui est engendré en elle
    vient de l’Esprit Saint ;
        elle enfantera un fils,
    et tu lui donneras le nom de Jésus
    (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve),
    car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »

        Quand Joseph se réveilla,
    il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit.

        – Acclamons la Parole de Dieu.


    OU BIEN

     

  • Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

    Chaque année, les parents de Jésus se rendaient à Jérusalem
    pour la fête de la Pâque.
              Quand il eut douze ans,
    ils montèrent en pèlerinage suivant la coutume.
              À la fin de la fête, comme ils s’en retournaient,
    le jeune Jésus resta à Jérusalem
    à l’insu de ses parents.
              Pensant qu’il était dans le convoi des pèlerins,
    ils firent une journée de chemin
    avant de le chercher parmi leurs parents et connaissances.
              Ne le trouvant pas,
    ils retournèrent à Jérusalem, en continuant à le chercher.

              C’est au bout de trois jours qu’ils le trouvèrent dans le Temple,
    assis au milieu des docteurs de la Loi :
    il les écoutait et leur posait des questions,
              et tous ceux qui l’entendaient
    s’extasiaient sur son intelligence et sur ses réponses.
              En le voyant, ses parents furent frappés d’étonnement,
    et sa mère lui dit :
    « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ?
    Vois comme ton père et moi,
    nous avons souffert en te cherchant ! »
              Il leur dit :
    « Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ?
    Ne saviez-vous pas
    qu’il me faut être chez mon Père ? »
              Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait.
              Il descendit avec eux pour se rendre à Nazareth,
    et il leur était soumis.

              – Acclamons la Parole de Dieu.

T@ctique du Diable - Luxure, le corps du délit.

Cet article et ceux qui suivront sont inspirés de l'excellent Tactique du Diable de C. S. Lewis (Ed. ebv, 104 p., 16,20€.).

Voici le courriel envoyé par le Diable à son neveu, apprenti-démon, à propos de la luxure.

«Fiston, j’ai envie de te dire : ne perdons pas de temps, passons au péché suivant. Le plan de Sexor et Libidinus, nos ‘‘sexialistes’’, est une réussite presque totale. Diable ! les anges n’ont pas de sexe, mais ça ne les empêche pas de savoir s’en servir.

Mate un peu : on apprend aux enfants la fellation avant même la puberté sous prétexte de lutter contre le sida ; le livre de l’été est une litanies d’adultères ; sur le Net, il suffit d’un petit clic pour tomber dans le grand claque, etc.

J’ai réduit la femme à un objet, les enfants à être des esclaves à plaisirs. Les maîtres à penser appelle ça ‘‘libération’’. Les c… ! Certes, la chasse aux pédophiles est ouverte, mais personne ne semble comprendre qu’ils ne sont que les purs produits de cette société de voyeurs, des boucs émissaires. Tant mieux.

Une de nos plus belles entourloupes, outre le désespoir auquel mène l’asservissement de la chair, est d’avoir dissous la honte – ou plutôt, de l’avoir déplacée de bas en haut : aujourd’hui, le honteux n’est pas celui qui parle de sa vie sexuelle, mais de sa vie intérieure !

Pourtant, fiston, il y a encore du boulot. Certains chrétiens demeurent rebelles à l’adultère. Ne désespère pas, même avec les lecteurs de ce torchon chrétien, les sujets de ton stage. Certains se croient si sûrs de leur vertu qu’ils font des proies rêvées !

Aide-toi des bons sentiments.

La pitié, par exemple : en tout homme, un paternaliste sommeille. Une attirance physique n’est pas forcément nécessaire au point de départ. Au contraire, l’homme s’imagine – le désir étant absent – qu’il est anodin de demeurer en tête-à-tête avec cette amie qui souffre de manque affectif, et de la prendre dans ses bras pour la consoler.

Si la jeune femme s’inquiète du temps qu’il prend loin de son foyer et de cette proximité physique, que ton client explique qu’il n’est en rien amoureux d’elle. Et si jamais ils vont plus loin, par exemple en se caressant, qu’ils prennent beaucoup de temps à se dire, que de toute manière, ils veulent rester fidèles à leur conjoint respectif.

Les hommes ont une infinie capacité à croire ce qu’ils racontent, même lorsque leurs propos sont exactement opposés à la réalité, et à oublier leurs résolutions au fur et à mesure : ne jamais l’embrasser ; ne pas monter dans son appartement, etc.

Objectif : qu’il transgresse progressivement les interdits (caresse, baiser, acte sexuel), car il est très difficile de revenir en arrière. L’essentiel est qu’ils ne perdent pas le contact, si je puis dire.

Travaille aussi sur les frustrations. Que la femme de ton client se refuse à lui, qu’elle ne demande jamais l’union des corps, qu’il ait honte de ses désirs sexuels… attise-les. Ne néglige rien.

Allez, une petite vidéo porno, comme ça juste pour voir, ça se loue sur le trottoir… Et que ton client n’aille pas s’imaginer qu’il puisse y avoir une incidence de son voyeurisme sur sa fidélité. L’essentiel, n’est-ce pas, est de ne pas passer à l’acte…

Si jamais, par malheur, il décidait d’aller se confesser, joue sur la honte. L’adultère est l’une des fautes les plus difficiles à avouer. Qu’il reste flou, taise qu’il est marié, parle seulement d’‘‘impureté’’ sans prononcer le mot ‘‘adultère’’. Et si jamais il avoue, arrange-toi pour que le prêtre se scandalise et le culpabilise. Ton client sera découragé et ne reviendra pas de sitôt au confessionnal.

Enfin, après une certaine période de double vie, montre-lui combien la fidélité absolue est un bel idéal… mais un idéal. Transforme cet insupportable dégoût de lui en une nouvelle règle de vie, plus souple et moins hypocrite. Fais-le passer du péché de faiblesse au péché de malice ; puisqu’il ne peut pas plier sa vie au commandement de l’Autre, qu’il plie le commandement de l’Autre à sa vie.

Ne lui montre surtout pas que mieux vaut un pécheur repenti qu’un cathare raidi.

Si tu manœuvres bien, cette âme sera à toi pour l’éternité. Notre but, rappelle-toi, c’est d’enfermer la personne dans ce que les théologiens de l’Autre appelle le péché mortel habituel. Pour cela, il faut laisser le sexe primer ! »

E-Mailzebull

 


 

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Logo CCFM CEF1

photo_eglise

Messe en français tous les dimanches à 11h00 (Vérifiez sur le calendrier à gauche et à "dernière minute")

 


L'église se trouve au croisement de Rua das Portas de Santo Antão et Beco São Luís da Pena, près de la salle de spectacle "le Coliseu", Metro, Bus et Parking auto : Restauradores. L'accès au rectorat se fait sur le côté de l'église.   Voir le plan

Église Saint-louis des Français, Beco São Luis da Pena, 34, 1150-336 Lisboa ou par email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  +351 213 425 821