Bienvenue sur le site de la communauté catholique francophone de Lisbonne

 

 

 

 

 

 

 

SAINT-LOUIS des FRANÇAIS - LISBONNE

Nous sommes le 19 mars 2019 - Solennité de saint Joseph, époux de la Vierge Marie, patron de l'Église universelle - Nous fêtons la Saint Joseph, époux de la Vierge Marie, patron de l'Église universelle

Dernière minute

DIMANCHE 17 MARS 2019

  • 11H00 – MESSE DU 2ème DIMANCHE DE CARÊME, ANNÉE C.

MARDI 19 MARS 2019

  • 20H30 – 2ème MARDI DE CARÊME, PRIÈRES DES MARDIS DE CARÊME.

DIMANCHE 24 MARS 2019

  • 11H00 – MESSE DU 3ème DIMANCHE DE CARÊME, ANNÉE C.

MARDI 26 MARS 2019

  • 20H30 – 3ème MARDI DE CARÊME, PRIÈRES DES MARDIS DE CARÊME.

MARDI 9 AVRIL 2019

  • 20H00 - VEILLÉE DE LOUANGE ET D'ADORATION.

Évangile du jour

  • Acclamation : (Ps 83 (84), 5)

    Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus.
    Heureux les habitants de ta maison, Seigneur :
    ils pourront te chanter encore !
    Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

        Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie,
    de laquelle fut engendré Jésus,
    que l’on appelle Christ.

        Or, voici comment fut engendré Jésus Christ :
    Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ;
    avant qu’ils aient habité ensemble,
    elle fut enceinte
    par l’action de l’Esprit Saint.
        Joseph, son époux, qui était un homme juste,
    et ne voulait pas la dénoncer publiquement,
    décida de la renvoyer en secret.
        Comme il avait formé ce projet,
    voici que l’ange du Seigneur
    lui apparut en songe et lui dit :
    « Joseph, fils de David,
    ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse,
    puisque l’enfant qui est engendré en elle
    vient de l’Esprit Saint ;
        elle enfantera un fils,
    et tu lui donneras le nom de Jésus
    (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve),
    car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »

        Quand Joseph se réveilla,
    il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit.

        – Acclamons la Parole de Dieu.


    OU BIEN

     

  • Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

    Chaque année, les parents de Jésus se rendaient à Jérusalem
    pour la fête de la Pâque.
              Quand il eut douze ans,
    ils montèrent en pèlerinage suivant la coutume.
              À la fin de la fête, comme ils s’en retournaient,
    le jeune Jésus resta à Jérusalem
    à l’insu de ses parents.
              Pensant qu’il était dans le convoi des pèlerins,
    ils firent une journée de chemin
    avant de le chercher parmi leurs parents et connaissances.
              Ne le trouvant pas,
    ils retournèrent à Jérusalem, en continuant à le chercher.

              C’est au bout de trois jours qu’ils le trouvèrent dans le Temple,
    assis au milieu des docteurs de la Loi :
    il les écoutait et leur posait des questions,
              et tous ceux qui l’entendaient
    s’extasiaient sur son intelligence et sur ses réponses.
              En le voyant, ses parents furent frappés d’étonnement,
    et sa mère lui dit :
    « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ?
    Vois comme ton père et moi,
    nous avons souffert en te cherchant ! »
              Il leur dit :
    « Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ?
    Ne saviez-vous pas
    qu’il me faut être chez mon Père ? »
              Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait.
              Il descendit avec eux pour se rendre à Nazareth,
    et il leur était soumis.

              – Acclamons la Parole de Dieu.

T@ctique du Diable    - Le jour de la colère.

Cet article et ceux qui suivront sont inspirés de l'excellent Tactique du Diable de C. S. Lewis (Ed. ebv, 104 p., 16,20€.).

Le courrier électronique de Satan à son neveu stagiaire apprenti-démon, sur la colère.

«L'une de mes recettes favorites est le ragoût de courroux. Tu piques au vif le cœur de l’homme avec des clous de ressentiment, et tu laisses mijoter très longtemps dans un jus de rancune. Régal assuré ! On obtient souvent de meilleurs résultats avec des courroux rentrés, marinés, macérés, qu’avec des grosses colères qui n’ont pas toujours de goût.

C’est vrai que le tort tue, fiston.

Pour installer ton client dans la colère, choisi un tort bien blessant. Montre à ton gogo combien il est injustement lésé. Entoure-le de personnes qui lui confirment que l’offenseur n’en est pas à son coup d’essai.

Arrange-toi aussi pour que le coup tombe sur un point sensible, qui lui rappelle à son insu une blessure d’enfance. Par exemple, si ton client s’est senti mal aimé par son père – cela arrive souvent –, fais-lui ressentir la petite phrase acerbe de son patron comme une exclusion. Et si quelqu’un d’avisé lui fait remarquer qu’il souffre en fait davantage de ce passé douloureux – qu’il est en train de rejouer – que de l’injustice présente, montre-lui l’absurdité de cette hypothèse : comment des événements si lointains et même oubliés pourraient-ils avoir plus d’influence qu’un traumatisme présent ? Comment le passé aurait-il une telle influence alors qu’il n’en a aucune conscience ?

L’idéal est que ton client reçoive d’autres banderilles. Il va ressentir combien ce monde est méchant. J’espère qu’il y a un distributeur de café pour qu’il puisse parler de ces torts répétés avec ses collègues. Les victimes aiment se retrouver pour se raconter.

S’il se culpabilise de critiquer ses supérieurs, souffle-lui qu’il vaut mieux parler que de se faire un ulcère à l’estomac : cela évacue le stress. D’ailleurs, lui, au moins, il dit ce qu’il pense, il n’est pas hypocrite.

Ne néglige pas les petits moyens. Rien de tel que les activités répétitives (le repassage, la conduite auto, etc.) pour le pousser à ressasser ces souvenirs douloureux. Je raffole de l’aspirateur : la personne ne peut pas se distraire, et il n’est pas facile de dire le chapelet sur fond de Tornado.

A ce propos, si ton client est malheureusement adepte de la prière, pousse-le à intercéder pour son patron. Si, si !

Quand il commencera à prier pour lui, présente-lui tous ses mauvais côtés. Si tu manœuvres bien, tu arriveras à le décourager profondément : d’un côté, il songera qu’il n’est pas étonnant qu’il soit toujours en colère, puisqu’il ne prie pas assez pour en être délivré ; de l’autre, dès qu’il se mettra à genoux, il sera englué dans son amertume.

Prudence ! Sache ménager des pauses, notamment lorsque son patron est en voyage. Ne le tente pas. Il prendra cette tranquillité intérieure pour de la vertu et se convaincra que la meilleure solution est de vivre le plus loin possible de cet ignoble exploiteur.

Surtout, que personne ne lui montre que son patron est imparfait et qu’il a des excuses, autant que lui. Si tu manœuvres bien, ton client ne s’apercevra pas qu’il mijote dans sa rancœur depuis des années. Quand arrivera le combat final, lorsque l’Autre mettra tout en œuvre pour le tirer de ces sables mouvants du ressentiment, montre-lui l’ampleur des dégâts, dégoûte-le de lui-même, désespère-le par cette estocade finale : comment l’Autre pourrait-il aimait quelqu’un d’aussi injuste et colérique ?

Je t’embrase très fort. »

E-Mailzebull

N.B. : J’espère que tu lis un peu les journaux durant ton stage pour avoir de mes nouvelles. La fortune aveugle ceux qu’elle veut perdre, dit le proverbe.

Regarde un peu ce qui est arrivé à ce pauvre Milosevic, dont j’avais fin de me servir. Une clause des accords de Dayton stipulait que les signataires s’obligeaient à assurer leur entier concours au tribunal de La Haye pour livrer les criminels présumés réclamés par lui. Milosevic, tellement sûr de lui, a signé cette clause. Son engagement a donc été exécuté… contre lui-même. L’orgueilleux est tombé dans la trappe qu’il avait ouverte. Superbe, non ?

 


 

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Logo CCFM CEF1

photo_eglise

Messe en français tous les dimanches à 11h00 (Vérifiez sur le calendrier à gauche et à "dernière minute")

 


L'église se trouve au croisement de Rua das Portas de Santo Antão et Beco São Luís da Pena, près de la salle de spectacle "le Coliseu", Metro, Bus et Parking auto : Restauradores. L'accès au rectorat se fait sur le côté de l'église.   Voir le plan

Église Saint-louis des Français, Beco São Luis da Pena, 34, 1150-336 Lisboa ou par email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  +351 213 425 821