Bienvenue sur le site de la communauté catholique francophone de Lisbonne

 

 

 

 

 

 

 

SAINT-LOUIS des FRANÇAIS - LISBONNE

Nous sommes le 20 septembre 2019 - Le vendredi de la 24e semaine du temps ordinaire - Nous fêtons la Sts André Kim, Paul Chong et 101 comp., martyrs († 1867)

Dernière minute

Dimanche 8 septembre 2019

Messe de rentrée suivie d'un apéritif.

 

Évangile du jour

  • Acclamation : (Mt 11, 28)

    Alléluia. Alléluia.
    Venez à moi, vous tous qui peinez
    sous le poids du fardeau, dit le Seigneur,
    et moi, je vous procurerai le repos.
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

    En ce temps-là,
        un pharisien avait invité Jésus à manger avec lui.
    Jésus entra chez lui et prit place à table.
        Survint une femme de la ville, une pécheresse.
    Ayant appris que Jésus était attablé dans la maison du pharisien,
    elle avait apporté un flacon d’albâtre contenant un parfum.
        Tout en pleurs, elle se tenait derrière lui, près de ses pieds,
    et elle se mit à mouiller de ses larmes les pieds de Jésus.
    Elle les essuyait avec ses cheveux,
    les couvrait de baisers
    et répandait sur eux le parfum.

        En voyant cela,
    le pharisien qui avait invité Jésus se dit en lui-même :
    « Si cet homme était prophète,
    il saurait qui est cette femme qui le touche,
    et ce qu’elle est : une pécheresse. »
        Jésus, prenant la parole, lui dit :
    « Simon, j’ai quelque chose à te dire.
    – Parle, Maître. »
        Jésus reprit :
    « Un créancier avait deux débiteurs ;
    le premier lui devait cinq cents pièces d’argent,
    l’autre cinquante.
        Comme ni l’un ni l’autre ne pouvait les lui rembourser,
    il en fit grâce à tous deux.
    Lequel des deux l’aimera davantage ? »
        Simon répondit :
    « Je suppose que c’est celui à qui on a fait grâce
    de la plus grande dette.
    – Tu as raison », lui dit Jésus.
        Il se tourna vers la femme et dit à Simon :
    « Tu vois cette femme ?
    Je suis entré dans ta maison,
    et tu ne m’as pas versé de l’eau sur les pieds ;
    elle, elle les a mouillés de ses larmes
    et essuyés avec ses cheveux.
        Tu ne m’as pas embrassé ;
    elle, depuis qu’elle est entrée,
    n’a pas cessé d’embrasser mes pieds.
        Tu n’as pas fait d’onction sur ma tête ;
    elle, elle a répandu du parfum sur mes pieds.
        Voilà pourquoi je te le dis :
    ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés,
    puisqu’elle a montré beaucoup d’amour.
    Mais celui à qui on pardonne peu
    montre peu d’amour. »
        Il dit alors à la femme :
    « Tes péchés sont pardonnés. »
        Les convives se mirent à dire en eux-mêmes :
    « Qui est cet homme,
    qui va jusqu’à pardonner les péchés ? »
        Jésus dit alors à la femme :
    « Ta foi t’a sauvée.
    Va en paix ! »

                – Acclamons la Parole de Dieu.

Intention de prière : Reconnaissance des droits des communautés chrétiennes

Prions pour les communautés chrétiennes, en particulier celles qui sont persécutées, afin qu’elles sentent la proximité du Christ et que soient reconnus leurs droits.

Editorial par le Père Daniel Régent, Directeur national du Réseau Mondial de Prière du Pape

Quand un membre souffre, tout le corps souffre (1Co 12,26)

L’intention de ce mois  « Pour les communautés chrétiennes, en particulier celles qui sont persécutées, afin qu’elles sentent la proximité du Christ et que soient reconnus leurs droits. » ne vise pas seulement les communautés chrétiennes persécutées, mais toutes les communautés. Il y a un devoir de solidarité et de compassion des unes envers les autres.

Aujourd’hui dans le monde, il y a des pays, des régions où les communautés chrétiennes sont particulièrement éprouvées à cause de conflits où se mêlent des questions religieuses et des choix politiques qui discriminent certaines religions. Même dans des pays de liberté religieuse, des conflits entre communautés chrétiennes voire catholiques peuvent aussi exister. Les persécutions ne vont pas toujours jusqu’au sang. Elles n’en sont pas moins réelles.

Pour ceux qui appartiennent au Christ, la référence à la persécution est incontournable. Le Christ le premier a été persécuté. ‟Premier” est à comprendre au sens qu’il rassemble en lui toutes les persécutions faites aux croyants depuis la fondation du monde, en commençant par Abel qui, offrant au Seigneur le meilleur de son troupeau a été tué par son frère Caïn. Les prophètes, jusqu’à Jean-Baptiste, ont également été persécutés. Jésus a été persécuté et a donné sa vie.

Dans le Sermon sur la montagne, Jésus a des paroles incroyables : « Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux. » et il poursuit : «  Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! C’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés. »  (Mt 5,11-12). À la suite de Jésus, les premières communautés chrétiennes ont été persécutées. Dans le monde, quelle communauté chrétienne n’a pas été fondée dans le sang des martyrs ?

Et pourtant, après le choc de l’assassinat des moines de Tibhirine, quel réconfort leur béatification a apporté à l’Église et au monde ! Ce baume, donné par ceux qui ont été éprouvés est pour tous. Voilà que ceux qui avaient besoin de réconfort l’apportent aux autres.

En vérité, on ne peut faire le partage entre les communautés chrétiennes qui souffrent et les autres. Elles vivent toutes du même sang, le sang du Christ. Les persécutions subies par les unes vivifient toutes les autres.

Dans les Béatitudes, Jésus parle à des gens qui ne sont pas persécutés au moment où il parle. À ceux qui sont dans l’épreuve, ce serait destructeur de ne dire que ces paroles sans faire preuve de compassion. Nous comprenons bien alors les deux demandes de l’intention du pape : d’une part que les communautés persécutées sentent la proximité du Christ et d’autre part, rappeler  leur droit légitime à l’existence à ceux qui les persécutent.

Que cette intention de prière nous aide à entrer en carême. La mort et la résurrection du Christ qui se dresse à l’horizon est aussi un baume pour nous et nos communautés.

Daniel Régent sj, directeur national

 


 

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Logo CCFM CEF1

photo_eglise

Messe en français tous les dimanches à 11h00

Messes en semaine

En principe, les messes ont lieu aux horaires suivants:

    • Lundi, mardi, mercredi, jeudi: 12h00
    • Vendredi12h30
    • Samedi: 18h30

Les changements sont signalés en rubrique "Dernière minute" de la page d'accueil.


L'église se trouve au croisement de Rua das Portas de Santo Antão et Beco São Luís da Pena, près de la salle de spectacle "le Coliseu", Metro, Bus et Parking auto : Restauradores. L'accès au rectorat se fait sur le côté de l'église.   Voir le plan

Padre Benoit

Recteur: Padre Benoît Jullien de Pommerol

  +351 912 000 658

 


Église Saint-louis des Français, Beco São Luis da Pena, 34, 1150-336 Lisboa ou par email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  +351 213 425 821