© http://www.evangile-et-peinture.org

« Dans l’Esprit, il fut conduit à travers le désert où il fut tenté » (Lc 4, 1-13)

Commentaires de Marie-Noëlle Thabut

Il est très intéressant de rapprocher cet évangile du psaume qui le précède dans la liturgie de ce dimanche : "Quand je me tiens sous l'abri du Très-Haut et repose à l'ombre du Puissant, je dis au Seigneur 'Mon refuge, mon rempart, mon Dieu dont je suis sûr. " C'est très exactement l'attitude du Christ, au seuil de sa vie publique : il se tient tout simplement à l'ombre du Très-Haut. La tentation serait de quitter cet abri ou bien de douter qu'il soit sûr, ou encore de chercher d'autres abris, d'autres sécurités.

Ces trois tentations ont été celles du peuple d'Israël tout au long de l'histoire biblique. Et quand le Tentateur (son vrai nom est le "diviseur") s'adresse à Jésus, c'est bien sur ce terrain qu'il se place : par trois fois, il essaie de distiller son poison : Si tu es Fils de Dieu, tu peux tout ce que tu veux... : Tu es grand, tu peux bien faire ton bonheur tout seul ; dis donc à cette pierre de devenir du pain pour satisfaire ta faim immédiate... (première tentation). Peut-être ferais-tu mieux de m'adorer, moi, pour réaliser tous tes projets... (deuxième tentation). Jette-toi en bas, Dieu sera bien obligé de t'aider... (troisième tentation). Mais Jésus sait bien que Dieu seul peut combler toutes les faims de l'homme, et il a choisi de faire confiance jusqu'au bout, de "se tenir sous l'abri du Très-Haut" comme dit le psaume. Reprenons une à une les trois sollicitations du Tentateur et les trois réponses de Jésus. Première tentation : quand Jésus commença à souffrir de la faim, le démon lui dit : "Si tu es le Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain" et Jésus répondit : "Il est écrit : Ce n'est pas seulement de pain que l'homme doit vivre. " Phrase bien connue du peuple juif tout entier, car elle se trouve au chapitre 8 du Deutéronome ; je vous rappelle le contexte : il s'agit d'une méditation sur l'expérience d'Israël pendant l'Exode sous la conduite de Moïse : "Tu te souviendras de toute la route que le Seigneur ton Dieu t'a fait parcourir depuis quarante ans dans le désert, afin de te mettre dans la pauvreté ; ainsi il t'éprouvait pour connaître ce qu'il y avait dans ton cœur et savoir si tu allais, oui ou non, observer ses commandements. Il t'a mis dans la pauvreté, il t'a fait avoir faim et il t'a donné à manger la manne que ni toi ni tes pères ne connaissiez pour te faire reconnaître que l'homme ne vit pas de pain seulement, mais qu'il vit de tout ce qui sort de la bouche du Seigneur. " (Dt 8, 2 - 3). Désormais le peuple sait d'expérience ce qu'est la béatitude de la pauvreté : "Heureux ceux qui ont faim, ils comptent sur Dieu seul pour les combler. " Et le Deutéronome continue : "Tu reconnais, à la réflexion, que le Seigneur ton Dieu faisait ton éducation comme un homme fait celle de son fils. " Le Fils de Dieu, venu prendre la tête de son peuple, vit dans sa chair l'expérience d'Israël au désert. En d'autres termes, quand Satan interpelle Jésus en lui disant "Si tu es le Fils de Dieu, prouve-le", il reçoit pour toute réponse : "J'ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas... Ma nourriture, c'est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé et d'accomplir son oeuvre. " (C'est la réponse que Jésus fera à ses apôtres dans l'épisode de la Samaritaine, Jn 4, 32 - 34). Deuxième tentation, deuxième réponse de Jésus : le démon lui promet tous les royaumes de la terre ; et Jésus répond "Tu te prosterneras devant le Seigneur ton Dieu, et c'est lui seul que tu adoreras. " Là il cite le texte le plus connu peut-être de tout l'Ancien Testament, puisqu'il est la suite du fameux "Shema Israël", la profession de foi juive. Ce qu'il faut remarquer c'est l'inversion de la perspective entre les exigences du démon et les dons gratuits de Dieu : le démon dit : commence par te prosterner, puis je te donnerai (et entre parenthèses, il promet ce qui ne lui appartient pas) ; Dieu, au contraire, commence par donner, et seulement après, il dit : n'oublie pas que je t'ai donné, alors fais-moi confiance pour la suite. Voici le texte du Deutéronome : "Quand le Seigneur ton Dieu t'aura fait entrer dans le pays qu'il a juré à tes pères Abraham, Isaac et Jacob, de te donner... garde-toi d'oublier le Seigneur qui t'a fait sortir du pays d'Egypte, de la maison de servitude. C'est le Seigneur ton Dieu que tu craindras, c'est lui que tu serviras, c'est par son nom que tu prêteras serment. " Troisième tentation : "Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi à ses anges l'ordre de te garder ; et encore : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. " Et Jésus répond : "Il est dit : Tu ne mettras pas à l'épreuve le Seigneur ton Dieu. " c'est-à-dire tu n'exigeras pas de Dieu des preuves de sa présence et de sa protection. Le Fils de Dieu sait, lui, qu'il est sous l'abri du Très-Haut quoi qu'il arrive. Ces trois réponses de Jésus sonnent donc étrangement face aux interpellations du tentateur "si tu es le fils de Dieu" ; visiblement, le démon et le Christ n'ont pas la même idée sur le Fils de Dieu ! "Si tu es le Fils de Dieu, prouve-le" semble dire le démon et Jésus le prouve, réellement, en restant fidèle à son Père.

Compléments

Où Jésus puise-t-il la force de résister à celui qui veut le séparer de son Père ? Dans la parole de Dieu : la force de ce texte est dans cette construction étonnante ; le démon s'adresse à Jésus par trois fois ; mais à aucun moment, Jésus n'entre en discussion avec lui ; ses trois réponses sont exclusivement des citations de l'Ecriture. En cela, il est bien l'héritier de son peuple : à lui s'applique merveilleusement la phrase du Deutéronome que Saint Paul a reprise dans la lettre aux Romains (voir la deuxième lecture) : "La Parole est près de toi, elle est dans ta bouche et dans ton cœur" (Dt 30, 14). Ses réponses sont toutes les trois extraites du livre du Deutéronome, le livre écrit justement pour que les fils d'Israël n'oublient jamais que Dieu est leur Père ; manière de dire que Jésus refait pour lui-même l'expérience que son peuple a faite au désert. Depuis son Baptême, où il a été révélé comme le Fils, jusqu'à Gethsémani où le tentateur lui donne rendez-vous (c'est le sens de la dernière phrase de notre texte : "Ayant ainsi épuisé toutes les formes de tentation, le démon s'éloigna de Jésus jusqu'au moment fixé"), Jésus restera sous l'abri du Très-Haut. Nul doute que Luc, ici, nous propose le seul exemple à suivre.

 

EVANGILE – selon saint Marc 1, 12 – 15

Après son Baptême, Jésus, rempli de l'Esprit Saint, quitta les bords du Jourdain ; il fut conduit par l'Esprit à travers le désert où, pendant quarante jours, il fut mis à l'épreuve par le démon. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, quand ce temps fut écoulé, il eut faim. Le démon lui dit alors : "Si tu es le Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain." Jésus répondit : "Il est écrit : Ce n'est pas seulement de pain que l'homme doit vivre." Le démon l'emmena alors plus haut, et lui fit voir d'un seul regard tous les royaumes de la terre. Il lui dit : "Je te donnerai tout ce pouvoir, et la gloire de ces royaumes, car cela m'appartient et je le donne à qui je veux. Toi donc, si tu te prosternes devant moi, tu auras tout cela." Jésus lui répondit : "Il est écrit : Tu te prosterneras devant le Seigneur ton Dieu, et c'est lui seul que tu adoreras." Puis le démon le conduisit à Jérusalem, il le plaça au sommet du Temple et lui dit : "Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas ; 10 car il est écrit : Il donnera pour toi à ses anges l'ordre de te garder ; 11 et encore : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre." 12 Jésus répondit : "Il est dit : Tu ne mettras pas à l'épreuve le Seigneur ton Dieu." 13 Ayant ainsi épuisé toutes les formes de tentation, le démon s'éloigna de Jésus jusqu'au moment fixé.

– Acclamons la Parole de Dieu.

 


 

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Logo CCFM CEF1

photo_eglise

Messe en français tous les dimanches à 11h00 (Vérifiez sur le calendrier à gauche et à "dernière minute")

 


L'église se trouve au croisement de Rua das Portas de Santo Antão et Beco São Luís da Pena, près de la salle de spectacle "le Coliseu", Metro, Bus et Parking auto : Restauradores. L'accès au rectorat se fait sur le côté de l'église.   Voir le plan

Église Saint-louis des Français, Beco São Luis da Pena, 34, 1150-336 Lisboa ou par email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  +351 213 425 821