La faux de l’ivraie !

Père Olivier PLICHON, Recteur de Saint-Louis des Français de Lisbonne

web_BML_02ENL01001Ms51410134117.jpg

Parabole du bon grain et de l’ivraie

Lettrine enluminée sur vélin

72 x 79 mm

B.M. Lyon, Ms 514, f° 32,

Missel franciscain, fin XVème siècle

Bibliothèque Municipale (Lyon, France)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 13, 24-43

En ce temps-là, Jésus proposa cette parabole à la foule : « Le royaume des Cieux est comparable à un homme qui a semé du bon grain dans son champ. Or, pendant que les gens dormaient, son ennemi survint ; il sema de l’ivraie au milieu du blé et s’en alla. Quand la tige poussa et produisit l’épi, alors l’ivraie apparut aussi. Les serviteurs du maître vinrent lui dire : “Seigneur, n’est-ce pas du bon grain que tu as semé dans ton champ ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ?” Il leur dit : “C’est un ennemi qui a fait cela.” Les serviteurs lui disent : “Veux-tu donc que nous allions l’enlever ?” Il répond : “Non, en enlevant l’ivraie, vous risquez d’arracher le blé en même temps. Laissez-les pousser ensemble jusqu’à la moisson ; et, au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Enlevez d’abord l’ivraie, liez-la en bottes pour la brûler ; quant au blé, ramassez-le pour le rentrer dans mon grenier.” » Il leur proposa une autre parabole : « Le royaume des Cieux est comparable à une graine de moutarde qu’un homme a prise et qu’il a semée dans son champ. C’est la plus petite de toutes les semences, mais, quand elle a poussé, elle dépasse les autres plantes potagères et devient un arbre, si bien que les oiseaux du ciel viennent et font leurs nids dans ses branches. » Il leur dit une autre parabole : « Le royaume des Cieux est comparable au levain qu’une femme a pris et qu’elle a enfoui dans trois mesures de farine, jusqu’à ce que toute la pâte ait levé. » Tout cela, Jésus le dit aux foules en paraboles, et il ne leur disait rien sans parabole, accomplissant ainsi la parole du prophète : ‘J’ouvrirai la bouche pour des paraboles, je publierai ce qui fut caché depuis la fondation du monde.’ Alors, laissant les foules, il vint à la maison. Ses disciples s’approchèrent et lui dirent : « Explique-nous clairement la parabole de l’ivraie dans le champ. » Il leur répondit : « Celui qui sème le bon grain, c’est le Fils de l’homme ; le champ, c’est le monde ; le bon grain, ce sont les fils du Royaume ; l’ivraie, ce sont les fils du Mauvais. L’ennemi qui l’a semée, c’est le diable ; la moisson, c’est la fin du monde ; les moissonneurs, ce sont les anges. De même que l’on enlève l’ivraie pour la jeter au feu, ainsi en sera-t-il à la fin du monde. Le Fils de l’homme enverra ses anges, et ils enlèveront de son Royaume toutes les causes de chute et ceux qui font le mal ; 
ils les jetteront dans la fournaise : là, il y aura des pleurs et des grincements de dents. Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Celui qui a des oreilles, qu’il entende !
»

Lire la suite...

Le roi mendiant

 

 

Saint Louis consolant un pécheur

Attribué à Félix DA COSTA MENSEN (1639 – 1712)

Peinture sur toile (Vers 1687), 120 x 60 cm

Église Saint-Louis des Français de Lisbonne (Portugal)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 6,1-6.16-18

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ce que vous faites pour devenir des justes, évitez de l’accomplir devant les hommes pour vous faire remarquer. Sinon, il n’y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux. Ainsi, quand tu fais l’aumône, ne fais pas sonner la trompette devant toi, comme les hypocrites qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra. Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites : ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et aux carrefours pour bien se montrer aux hommes quand ils prient. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra. Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme les hypocrites : ils prennent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave- toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent au plus secret ; ton Père qui voit au plus secret te le rendra. »

Lire la suite...

 

Duc in altum...

 

La pêche miraculeuse

Fresque polychrome romane (XI° siècle)

Cloître de l’Abbaye de la Trinité (Vendôme, France)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 5, 1-11

En ce temps-là, la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la parole de Dieu, tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth. Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’écarter un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait les foules. Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche. » Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je vais jeter les filets. » Et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer. Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient. A cette vue, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus, en disant : « Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur. » En effet, un grand effroi l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient pêchés ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras. » Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent.

Lire la suite...

 

Nul n’est prophète... 

 

Jésus prêche à la Synagogue de Capharnaüm

Gustave DORE (Strasbourg, 1831 – Paris, 1883)
Gravure sur bois d'Adolphe P
ANNEMAKER et Albert DOMS.
Planche hors texte imprimée dans La Sainte Bible selon la Vulgate. Traduction nouvelle de l'abbé Jean-Jacques B
OURASSE avec les dessins de Gustave DORE. A. MAME et fils (Tours), 1866, 2 vol. Tome II : Nouveau testament.
BnF, Réserve des livres rares, Smith L
ESOUËF R-6283

 

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 4, 21-30

En ce temps-là, dans la synagogue de Nazareth, après la lecture du livre d'Isaïe, Jésus déclara : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre. » Tous lui rendaient témoignage et s’étonnaient des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche. Ils se disaient : « N’est- ce pas là le fils de Joseph ? » Mais il leur dit : « Sûrement vous allez me citer le dicton : “Médecin, guéris-toi toi-même”, et me dire : “Nous avons appris tout ce qui s’est passé à Capharnaüm ; fais donc de même ici dans ton lieu d’origine !” » Puis il ajouta : « Amen, je vous le dis : aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays. En vérité, je vous le dis : Au temps du prophète Élie, lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie, et qu’une grande famine se produisit sur toute la terre, il y avait beaucoup de veuves en Israël ; pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon, chez une veuve étrangère. Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien. » À ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux. Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où leur ville est construite, pour le précipiter en bas. Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin.

Lire la suite...

Aujourd’hui !

 

 

Le Christ dans la Synagogue de Capharnaüm

Extrait de l’Évangéliaire copte-arabe de 1250

Enluminure sur papier, Folio 109 v

Bibliothèque de Fels, Institut Catholique de Paris (France).

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 1,1-4.4,14-21

Beaucoup ont entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous, d’après ce que nous ont transmis ceux qui, dès le commencement, furent témoins oculaires et serviteurs de la Parole. C’est pourquoi j’ai décidé, moi aussi, après avoir recueilli avec précision des informations concernant tout ce qui s’est passé depuis le début, d’écrire pour toi, excellent Théophile, un exposé suivi, afin que tu te rendes bien compte de la solidité des enseignements que tu as entendus. Lorsque Jésus, dans la puissance de l’Esprit, revint en Galilée, sa renommée se répandit dans toute la région. Il enseignait dans les synagogues, et tout le monde faisait son éloge. Il vint à Nazareth, où il avait été élevé. Selon son habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture. On lui remit le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit : « L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés, annoncer une année favorable accordée par le Seigneur. » Jésus referma le livre, le rendit au servant et s’assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui. Alors il se mit à leur dire : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre. »

Lire la suite...

Mariage mystique...

 

 

Les Noces de Cana (copie après 1550)
Attribué à Jérôme BOSCH,
Jheronimus van Aken (Bois-le-Duc, 1450-1516)

Huile sur panneau, 93 x 72 com
Musée Boijmans Van Beuningen, Rotterdam (Pays-Bas).

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 2, 1-11

Le troisième jour, il y eut un mariage à Cana de Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au mariage avec ses disciples. Or, on manqua de vin. La mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. » Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. » Sa mère dit à ceux qui servaient : « Tout ce qu’il vous dira, faites- le. » Or, il y avait là six jarres de pierre pour les purifications rituelles des Juifs ; chacune contenait deux à trois mesures, (c’est-à-dire environ cent litres). Jésus dit à ceux qui servaient : « Remplissez d’eau les jarres. » Et ils les remplirent jusqu’au bord. Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent. Et celui-ci goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais ceux qui servaient le savaient bien, eux qui avaient puisé l’eau. Alors le maître du repas appelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant.» Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

Lire la suite...

Plongeons ! 

 

Le baptême de Jésus par Jean (1362)

Yovhannes DE BERKRI

Manuscrit 404, folio 2v.

Ispahan, Iran, Musée arménien. 

Lire la suite...

 


 

Informations pratiques

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim

photo_eglise

Messe en français tous les dimanches à 11h00 (Vérifiez sur le calendrier à gauche et à "dernière minute")

Messe en semaine (Vérifiez sur le calendrier à gauche et à "dernière minute") :

  • Lundi : Adoration eucharistique à 17h00 suivie de la messe à 18h00
  • Mardi : 12h00
  • Mercredi : 12h00
  • Jeudi : 12h00
  • Vendredi : Adoration eucharistique à 17h00 suivie de la messe à 18h00
  • Samedi : 12h00 (une fois par mois à 18h00 - consultez les annonces)

 


L'église se trouve au croisement de Rua das Portas de Santo Antão et Beco São Luís da Pena, près de la salle de spectacle "le Coliseu", Metro, Bus et Parking auto : Restauradores. L'accès au rectorat se fait sur le côté de l'église.   Voir le plan

Église Saint-louis des Français, Beco São Luis da Pena, 34, 1150-336 Lisboa ou par email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Permanence assurée au rectorat les lundi et vendredi de 09h00 à 13h00 et les jeudi de 14h00 à 18h00.

Secretariat - Martine de Stoop +351 213 425 821

Recteur - Père Olivier PLICHON - +351 912 000 658 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

PhotoOLIVIERLe Père Olivier PLICHON est le recteur de Saint Louis des Français.


Né dans le diocèse de Cambrai en 1964, il a été ordonné prêtre en 1991. Il a étudié la théologie à l’Unversité de Lille, puis l'Histoire de l'Art à Paris et à l'Université Grégorienne Pontificale à Rome. Après avoir été curé de paroisse, il intègre le Diocèse aux Armées comme aumônier dans l'armée de terre, la gendarmerie, puis la Marine Nationale. Après cinq années comme aumônier des Français à Milan, il rejoint en septembre 2015 notre communauté comme Recteur.

Recteur - Père Olivier PLICHON - Rectorat : + 351 213 425 821- Mobile : +351 912 000 658 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Le Conseil pastoral est un organe explicitement voulu par le Concile Vatican II, formé principalement de laïcs.


Pour ce qui est de Saint-Louis-des-Français, le Conseil est composé de personnes qui s'intéressent à la bonne marche de ce qui concerne l'église. Personne n'y est élu : la porte est grande ouverte. 

JBNLes réunions font l'objet d'un compte-rendu qui est remis à chacun des participants au Conseil pastoral. Le Conseil pastoral gère les moyens nécessaires à l'exercice du culte et aux activités paroissiales de la communauté catholique francophone de Lisbonne.

Un bureau du conseil pastoral est constitué chaque année, de façon à apporter une permanence. Autour du Recteur, sont ainsi réunis les responsables de l'animation Pastorale (Bruno Duthoit), de la gestion (Laurent Goater), du catéchisme (Paula Abreu), et le secrétaire de bureau.

L'équipe liturgique

Pour l'animation de nos messes, plusieurs animateurs se relaient, apportant chacun leur sensibilité à des célébrations toujours très vivantes ! Si vous êtes musiciens, notre organiste Carlos Mendes et les musiciens les plus réguliers (flutistes et violonistes notamment, mais nous avons aussi parfois un yukulélé et des tambours) vous accueilleront avec plaisir !

 

Prochains événements

28
Juil
Date : 28 juillet 2017, 00:00

31
Juil
Rectorat
-
Lisboa
Date : 31 juillet 2017, 00:00
LE RECTORAT EST FERMÉ LE MATIN

07
Aoû
Rectorat
-
Lisboa
Date : 7 août 2017, 00:00
LE RECTORAT EST FERMÉ LE MATIN

14
Aoû
Rectorat
-
Lisboa
Date : 14 août 2017, 00:00
LE RECTORAT EST FERMÉ LE MATIN

21
Aoû
Rectorat
-
Lisboa
Date : 21 août 2017, 00:00
LE RECTORAT EST FERMÉ LE MATIN

28
Aoû
Rectorat
-
Lisboa
Date : 28 août 2017, 00:00
LE RECTORAT EST FERMÉ LE MATIN